A LA UnePolitique

Justin BITAKWIRA :« S’il faut mourir nous mourrons, mais même un millimètre carré du grand-Kivu ne sera balkanisé ».

Le sujet lié à la balkanisation de l’espace ex grand kivu (Maniema, Nord et Sud-Kivu) redevenu d’actualité depuis quelques semaines fait couler l’encre et la salive et fait objet d’une protestation de la part des différentes couches de la population Congolaise en général et celle de l’est du pays en particulier.

Maintenant c’est le tour des certains notables et leaders politiques natifs de cet espace réunis au sein du mouvement SIMAMA KIVU une nouvelle structure mise en place par ces derniers pour barrer la route à toute idée prônant la balkanisation de cet espace de monter aux créneaux et rejeter cette approche prônée depuis quelques jours par les ennemis de la république Démocratique du Congo.

Selon Monsieur Justin Bitakwira ancien ministre du développement rural et un des leaders politiques de la province du Sud-Kivu qui dans une interview accordée à la presse nationale a annoncé l’existence déjà de SIMAMA KIVU, la responsabilité première de lutter contre ce vent de balkanisation revient aux Grand-Kivuciens (Maniema , Nord et Sud-Kivu) qui doivent s’approprier ce combat.

« C’est nous les enfants du grand Kivu qui devons mourir en premier avant que les autres ne volent à notre secours… Quoi qu’il en coute, nous nous levons dès maintenant comme un seul homme pour défendre les intérêts du grand Kivu en particulier et de l’Est du pays en général » indique cet ancien ministre du développement rural et natif de la cité d’Uvira au Sud-Kivu.

Justin Bitakwira demande en outre que toutes les forces de résistance existant en RDC depuis 1976 soient associées aux Forces armées de la RDC ainsi qu’à la Police National pour mettre en déroute ceux qui déstabilisent la RDC dans sa partie est avant de signaler que dans un futur très proche, par voie légale le mouvement Simama Kivu fera entendre sa voix et proposera des voies de sortie et pistes de solution pour mettre fin à ce qui se passe au Kivu.

Elie TSONGO

afficher plus

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer